POURQUOI LES FACTEURS NE SONT JAMAIS À L’HEURE ?

Chaque jour je vois des tweets, des statuts Facebook, ou même mes voisins se plaindre des facteurs.

 

Moi aussi, je me suis plaint de La Poste, mais c’était avant d’avoir été moi même un jour facteur. C’est pourquoi j’ai envie de vous donner une autre image du facteur, différente des clichés que vous voyez tous les jours à la télévision, ou sur internet.

 

Avant de vous détailler la journée typique d’un facteur, je dois vous dire qu’il en existe 2 types, le facteur de ville, et le facteur de campagne qui sont totalement différents : Pourquoi ?

 

  • Le facteur de ville distribue le courrier à vélo, il n’a que très peu d’assistance à la personne ou de requêtes particulières et les noms sur les boites et numéros de rues sont généralement tous indiqués. De plus, Il ne transporte pas tout son courrier sur le vélo car il en récupère en route (nous en reparlerons plus tard).
  • Le facteur de campagne, quant à lui, se déplace en voiture avec tout son courrier, ses colis, et ses publicités tout en devant connaître sa tournée sur le bout des doigts car très peu de numéros sont indiqués sur les maisons, et les boites aux lettres sont mal proportionnées voire absentes. Son travail est plus humain puisqu’il s’arrête également pour discuter avec les personnes âgées et leur donne cette attention qu’ils attendent impatiemment chaque jour.

 

Pour ma part, j’ai exercé le métier de facteur à la fois en ville et à la campagne : J’ai distribué le courrier à vélo, en scooter (avant leur disparition), ainsi qu’en voiture et j’ai choisi de vous résumer la journée typique d’un facteur à vélo en ville.

 

. 05h45 : Réveil. Je me prépare en deux trois mouvements et avale un café.

 

. 06h30 : Départ pour le centre de tri de La Poste

 

. 07h00 : Après un second café express, c’est l’heure du tri général.  En d’autres termes, mes collègues et moi trions les journaux commandés par les clients devant de grandes boites grises.

 

. 07h20 : Il est temps de m’occuper de moi et donc, d’organiser mon courrier (trié au préalable par une machine en fonction des tournées) qui arrive dans plusieurs caisses oranges. Mais malheureusement, le courrier n’est pas dans l’ordre et il est impératif de l’organiser selon l’ordre de passage de sa tournée afin de ne pas perdre de temps. Evidemment, certains courriers comportent des erreurs, comme le nom ou l’adresse ou encore les étiquettes de redirection de courrier lorsqu’un client change d’adresse. Cependant, c’est au facteur de connaître sa tournée et de tout faire pour que la lettre arrive à son destinataire. Le tri est donc une tâche qui peut prendre entre une et deux heures en fonction de l’expérience du facteur et du nombre de plis à distribuer.

Petit bonus : Quand vient l’été, le personnel part en vacances et vient à manquer en abandonnant ses tournées. Pour faire face à ce problème, La Poste distribue ces tournées orphelines aux facteurs fidèles au poste. Efficace vous me direz ?  Eh bien non, chaque facteur se retrouve avec une centaine de clients supplémentaires, ce qui engendre une surcharge de travail conséquente.

 

.08h45 : Tri terminé ! Il faut créer des bottes de courrier (car tout le courrier ne peut pas tenir sur le vélo), que des camions emmènent dans de multiples « dépôts » (Vous savez, ces boites marrons en métal placées à chaque coin de rue et auxquelles vous ne prêtez pas attention sur le trottoir).

 

.09h00 : Je récupère maintenant les recommandés préparés par l’accueil. Ces derniers sont eux, triés grâce à une application mobile mais ce depuis peu car tout se faisait par écrit auparavant. J’avouerai que cela a (un peu) simplifié notre organisation.

 

.09h15 : Vélo bien chargé, débordant de tous les côtés, et casque en tête (eh oui ! C’est maintenant obligatoire…), c’est l’heure du départ.

 

Pendant la tournée : Le sens de la mémoire est indispensable pour savoir gérer les 300 à 600 clients de la tournée : un facteur débutant ou sans une bonne mémoire perd trop vite du temps lorsqu’il est confronté à des boites aux lettres en batailles dans les immeubles, et malheureusement, 5 minutes postières perdues ne sont jamais récupérées. Bien que le facteur des villes ait un devoir bien moins social que celui des champs, il doit tout de même récupérer le courrier des clients, gérer les transactions financières de ces derniers, et même vendre des timbres. Bref : Le facteur est en réalité un véritable couteau Suisse.

 

Fin de tournée : Il est 12h, 13h, 14, voire plus. L’heure de fin de tournée est en effet très aléatoire en fonction de la charge de travail. Une fois rentré au centre de tri, je rapporte le courrier des clients non trouvés et les avis de passage des recommandés.

 

Ma journée est terminée. Je rentre, je mange et je fais une sieste pour tout recommencer le lendemain. C’est un métier que je n’exerce plus, mais je suis heureux d’avoir pu le découvrir.

One Response to “POURQUOI LES FACTEURS NE SONT JAMAIS À L’HEURE ?

  • Zgajnar sylvie
    2 months ago

    Merci de nous avoir fait découvrir ce métier !!!!
    quand on y pense il y a quelques années le facteur dans son uniforme était tellement attendu, respecté….porteur de bonnes ou moins bonnes nouvelles et oui c’était le seul moyen de communication le courrier !!!! Ouvrir cette lettre pour savoir qui allait se marier, apprendre que vous êtes un de plus dans la famille….ou plus ancien encore qu’une permission vous sera accordée… Les temps ont bien changés….on sait maintenant avant d’avoir le faire-part…. Il faut vivre avec son temps !!!! Mais n’oublions jamais !!!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *