Synchronisation de soi-même

Le changement c’est pas maintenant

 

Moi, Sullivan, 26 ans, girouette dans le monde du travail (et pas que). Comme le premier article du blog le laisse présager (Faux Départ), je me lasse assez rapidement des situations professionnelles. Actuellement dans le troisième CDI de ma « carrière », je suis à la place du serpent qui doit muer. Tourmenté chaque jour que le soleil fait, la même question revient sans cesse : « Quel est mon avenir ? ».

Trois critères sont essentiels pour travailler dans de bonnes conditions : l’argent, les missions du poste, l’ambiance de travail. Je possède les deux dernières motivations, car l’argent il n’y en a jamais assez (c’est drôle de dire ça pour un gars anticapitaliste). Mais pourquoi je souhaite partir encore une fois ? Pour gagner quelques sous de plus ?

Je me pose des milliers de questions sur mon avenir chaque jour sans aucune réponse. J’imagine des scénarios sur mon futur, parfois improbable. Mais il y a tout de même cette zone de confort qui est dure à quitter. La routine on la déteste autant qu’on l’aime.

Je suis dans une période de révolution. Je veux tout casser, retourner le monde pour qu’il soit droit. Je veux me révolter mais je suis aspiré par ce capitalisme présent autour de moi comme un trou noir.

Que vais-je devenir, plus d’un quart de siècle dans la poche, le temps s’amuse à avancer au rythme de la croisière. Mais comme Olive je peux courir des kilomètres pour trouver mon but.

De toute façon comme chaque question, j’aurais la réponse trop tard. Mais n’est-ce pas l’essentiel de l’Homme d’être dans l’ignorance ? Si tout est acquis, que faire sur la Terre ?

 

Comme le dit Jean Gabin : « Sachez qu’on ne sait jamais ! »

3 Responses to “Synchronisation de soi-même

  • Ce n’est pas facile de trouver sa place… et je pense qu’il faut d’abord trouver qui on est personnellement avant d’envisager un avenir professionnel viable !
    Je croise les doigts pour que tu parviennes a trouver un job qui te rend heureux !

  • Zgajnar sylvie
    5 months ago

    Bravo !!!! Et même si après lecture de ta réflexion très pertinente… Et après bientôt deux quarts de vie…. Mes interrogations sont sensiblement les mêmes encore….. Mais :
    Je sais, je sais, je sais qu’on ne sait jamais…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *